Menu

Joanne Kanaa

Joanne Kanaa est une jeune femme en apparence discrète, mais il ne faut pas s’y fier : sa détermination est sans faille.

Née au Liban, elle arrive en France en 2013 pour poursuivre un doctorat de biochimie et de biophysique à l’École Normale Supérieure de Paris. Elle y trouve le grand amour et décide de rester dans l’Hexagone pour se lancer dans l’entrepreneuriat. Passionnée par le domaine de la recherche, et touchée par la malade de son grand-père, elle décide de vouer sa vie à aider les autres et fonde en 2019, en association avec la chercheuse russe Anna Shirinskaya, la start-up Omini, dont la principale activité est le développement de tests sanguins portables.

L’ambition d’Omini est à fois simple et riches d’enjeux : la start-up désire tout simplement réinventer la biologie médicale, en proposant des tests sanguins accessibles, simples d’utilisation et capables de délivrer des résultats rapides. Quand on sait que 70% des décisions médicales nécessitent la réalisation de tests, dont des tests sanguins dans la grande majorité des cas, il était sans doute temps de se pencher sur cette problématique. Omini est une jeune start-up, et Joanne sait que la route s’annonce longue, mais en multipliant les bootcamps de médtech et en mettant l’expertise de son équipe à profit, elle ne doute pas être en mesure de transformer le milieu médical et le parcours du patient. Évoluer à la Station F, un campus de start-ups français, est également symbolique pour la chercheuse, qui a quitté son Liban natal pour entreprendre là où tout lui semble possible.